Signature de la convention de financement PASSCO de l’Agence française de développement.

Discours de M. Nicolas WARNERY, Ambassadeur de France au Togo
Signature de la convention de financement du Projet d’amélioration des conditions sanitaires en milieu scolaire et rural dans la région des Savanes

***

Monsieur le Ministre de l’Economie et des Finances,

Monsieur le Ministre de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hydraulique Villageoise,

Monsieur le Secrétaire Général du Ministère de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hydraulique Villageoise,

Monsieur le Directeur de l’Hydraulique Villageoise,

Monsieur le Directeur de la Planification et des Ressources en Eau,

Monsieur le Directeur de l’Agence Française de Développement,

Mesdames et messieurs les experts,

Distingués invités,

C’est pour moi un véritable honneur de participer en ce jour et à vos côtés à la signature de cette nouvelle convention de financement de l’Agence Française de Développement au bénéfice de l’Etat togolais, qui vient compléter une première opération menée de 2007 à 2012 dans la région des Plateaux, en faveur de l’accès à l’eau potable et à l’assainissement, domaine prioritaire de la stratégie de réduction de la pauvreté de la République du Togo et secteur de concentration de la coopération entre la France et le Togo.
D’un montant de six millions d’euros en subvention, soit quatre milliards de francs CFA, le projet d’amélioration des conditions sanitaires en milieu scolaire et rural dans la région des Savanes s’appuie sur le secteur i) de l’éducation primaire dont il prolonge les activités déjà entreprises dans la région des Savanes à travers le projet « Education pour Touts au Togo » et ii) le secteur de l’eau et de l’assainissement, dans lequel l’AFD a déjà mené plusieurs projets d’envergure au cours des dernières années.

Cette nouvelle intervention de l’AFD dans le secteur de l’hydraulique rurale permettra de contribuer à l’amélioration durable des conditions sanitaires des populations dans une des régions du Togo les plus déshéritées en termes d’accès à l’eau potable et à l’assainissement, en particulier pour les populations scolaires rurales des établissements d’éducation primaire. Il s’inscrira ainsi en complémentarité du projet « Education Pour Tous au Togo » et répondra à l’objectif de synergie et de cohérence des programmes de l’AFD, en facilitant l’accès à un point d’eau potable et en assurant les conditions d’hygiène élémentaires pour les villageois et les écoliers bénéficiant des structures nouvellement construites et soutenues dans le cadre du projet « EPTT ». Ce projet pourra par ailleurs s’enrichir des leçons apprises dans le cadre du premier projet d’hydraulique villageoise mené dans la région des Plateaux, consolider la mise en oeuvre de la politique nationale d’accès à l’eau potable et à l’assainissement, élaborée en 2006 avec l’appui technique et financier de l’AFD, et prolonger certaines actions de renforcement de capacités auprès des agents du Ministère de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hydraulique Villageoise. Parmi elles, on notera notamment la consolidation de l’utilisation de la base de données PROGRES, outil particulièrement utile de planification, d’évaluation des besoins et
de suivi décentralisé des ouvrages aujourd’hui à la disposition de toutes les Directions régionales de l’Eau et de l’Assainissement du territoire togolais.

Si le projet vise prioritairement la région des Savanes, c’est parce que celle-ci se situe dans un environnement particulièrement difficile où le manque d’eau représente un défi au quotidien pour les populations. La reprise des campagnes de forages par les bailleurs de fonds est encore trop timide et le manque d’accès à l’eau potable dans cet environnement insalubre est l’un des facteurs majeurs de la pauvreté extrême dont souffre la région, ou seuls 49,6% de la population dispose d’un accès à un point d’eau. Les enfants sont particulièrement touchés : seuls 12% des écoles primaires de la région sont dotées de points d’eau alors que 5% d’entre elles dispose à la fois d’un point d’eau, de latrines et de dispositifs de lavage des mains. Peu sensibilisées aux bonnes pratiques d’hygiène, les femmes et les enfants sont les premiers exposés aux maladies hydriques et diarrhéiques.

La première composante du projet visera ainsi la construction et la réhabilitation de points d’eau (forages équipés de pompes à motricité humaine) et de latrines à proximité des sites scolaires et des unités de santé prioritaires. 170 forages seront construits, 160 pompes
réhabilitées et une centaine de latrines mises en place.
La seconde composante reposera sur les politiques du gouvernement en matière d’accès à l’eau potable en milieu rural et les structures de gestion des écoles, et visera quant à elle à accompagner les populations pour garantir une bonne utilisation et une bonne gestion des ouvrages. En effet, les diligences économiques et sociales, trop souvent négligées dans la conception des projets au profit d’une approche quantitative sont pourtant déterminants pour garantir la durabilité des investissements entrepris. Ces actions de sensibilisation des populations aux bonnes pratiques d’hygiène dans la mise en œuvre des différents projets d’hydraulique rural sont déterminantes pour l’atteinte des objectifs de la pérennisation des projets.

Enfin, le projet s’axera également sur le renforcement des capacités des services centraux et déconcentrés du Ministère de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hydraulique Villageoise, afin de donner les moyens à l’administration togolaise d’assumer ses fonctions de
programmation, de contrôle, de suivi et évaluation et de capitalisation du secteur de l’eau et de l’assainissement en milieu rural au Togo.
L’accès à l’eau potable pour tous et à l’assainissement est un engagement fort de la France et de l’Agence Française de Développement au Togo. L’AFD est en effet très présente dans le
secteur et accompagne le gouvernement dans ses engagements du millénaire en direction de ses populations à travers la mise en œuvre de nombreux projets :

- le Programme d’appui à la Société Togolaise des Eaux, d’un montant de onze millions d’euros (soit 7,2 milliards de francs CFA), démarré en 2009, et dont l’objectif est de contribuer à l’amélioration du niveau de service et de production et d’accès à l’eau potable de la population de Lomé, notamment dans les quartiers Nord et Est de la
ville. Le projet prévoit une série de travaux d’infrastructures qui permettront d’augmenter la capacité de production d’eau potable de la TdE et de réhabiliter les réseaux urbains endommagés.

- L’AFD a également étroitement accompagné la réforme du sous-secteur de l’eau potable en milieu urbain à travers le financement d’une assistance technique en appui à la Cellule interministérielle en charge de la réforme. Cet appui s’est notamment
traduit par l’opérationnalisation la Société de Patrimoine de l’Eau nouvellement créée.

- On notera également le soutien de l’AFD au gouvernement dans la mise en œuvre de la stratégie GIRE a travers i) la mise en œuvre d’un outil informatisé de connaissance de la ressource en eau du bassin sédimentaire côtier, destiné à une utilisation plus
équilibrée de la nappe, et ii) l’appui à l’élaboration des décrets d’application du Code de l’eau dont plusieurs ont été récemment adoptés en Conseil des Ministres.

Messieurs les Ministres, mesdames, messieurs, au travers de ce nouveau projet, qui sera mis en œuvre par l’AFD, la France respecte ses engagements internationaux pour un accès à l’eau potable pour tous et accompagne le Togo dans l’atteinte des objectifs du millénaire en direction de ses populations. Par cette solidarité, la France est ainsi, à nouveau, aux côtés du Togo, de ses autorités et de sa population, pour mieux franchir les étapes complexes, mais pleines de promesse de développement pour l’avenir. Vous conviendrez avec moi de l’importance des défis que le projet ambitionne de relever. Sur ce point, je n’en doute pas, les efforts des services centraux et régionaux du Ministère de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hydraulique Villageoise seront à la hauteur de l’attente des populations.

Je pense sincèrement que ce projet qui saura trouver un écho favorable auprès des populations de la région des Savanes, et impactera directement leur conditions de vie. Il permettra également de développer de nouvelles activités génératrices d’emplois en promouvant les services privés pour la gestion et la maintenance des investissements réalisés.

Je souhaiterais conclure en vous remerciant pour l’organisation de cette cérémonie et en formulant mes vœux les plus sincères de réussite pour cette nouvelle collaboration entre la France et le Togo.

Je vous remercie.

Dernière modification : 09/01/2013

Haut de page