Séquence de coopération de défense du 7 au 18 janvier 2019

Une importante séquence de coopération de défense s’est déroulée du lundi 7 au vendredi 18 janvier 2019.

21 instructeurs en provenance des éléments français au Sénégal (EFS) ont dispensé des formations de formateurs au profit des forces armées togolaises (FAT)

Basés à Lomé et dans le nord du pays à Kara, ces détachements d’instruction opérationnelle (DIO) avaient pour objectif principal de favoriser l’autonomie des FAT en formant certains de ses cadres à une pédagogie de haut niveau dans différents domaines opérationnels.

Dans le domaine du secourisme au combat, 30 sous-officiers et militaires du rang ont été formés à l’école du service de santé des armées à Lomé (ESSAL). Parmi eux, 18 sous-officiers ont été qualifiés moniteurs de secourisme au combat. Disposant déjà de solides compétences dans ce domaine, ces sous-officiers sont désormais capables d’instruire en toute autonomie les militaires des FAT mais également le personnel d’autres administrations au secourisme d’urgence pour intervenir dans un cadre militaire ou civil lors d’une catastrophe naturelle par exemple.

Au centre d’entrainement aux opérations de maintien de la paix à Lomé (CEOMP), ce sont 20 officiers et sous-officiers qui ont été formés en tant que moniteurs en combat en zone urbaine. Ces nouveaux moniteurs participeront prochainement et en toute autonomie à la mise en condition finale du contingent togolais qui se prépare à la relève de l’actuel bataillon des FAT déployé actuellement au Mali dans le cadre de la MINUSMA (mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali).

A Kara, dans le nord du pays, et plus précisément à l’école de formation des officiers des forces armées togolaises (EFOFAT), 8 formateurs togolais sur le tir de combat, supervisés par des instructeurs français des EFS, ont qualifié en tant que moniteurs 55 lieutenants actuellement en deuxième année de scolarité. C’est désormais une cellule de formation pleinement opérationnelle qui voit le jour et est en mesure d’instruire le personnel des FAT affecté dans la partie nord du pays.

Cette séquence a également concerné les autres armées

A la base navale de Kpémé 11 fusiliers marins des FAT ont été instruits par le détachement marine des EFS à la visite opérationnelle en mer. Cette formation participe directement à l’action de l’état togolais en mer en dotant sa marine des compétences indispensables à la sureté de ses approches maritimes.

Enfin, l’armée de l’air n’a pas été en reste puisque 10 aviateurs ont été formés à la protection des emprises aéroportuaires. Cette formation visait également à identifier le personnel apte à instruire par la suite, et en toute autonomie les unités aériennes.

Cette séquence, très dense, représente un moment fort de la coopération franco-togolaise qui franchit ici une nouvelle étape. Ces formations conduites en étroite collaboration avec les FAT visent en premier lieu à accroitre l’autonomie de l’armée togolaise à travers l’acquisition de savoir-faire de haut niveau que l’armée française a acquis sur les différents théâtres de combat ces dernières années.
Ces DIO participent également à une meilleure connaissance mutuelle entre les armées françaises, togolaises et de la sous-région appelées à opérer ensemble dans les opérations de maintien de la paix ou la lutte contre le terrorisme.

Dernière modification : 24/01/2019

Haut de page