Renforcement de la coopération avec la Mairie de Lomé en faveur de la gestion environnementale et urbaine de la ville (10/03/2016)

Le Ministre d’Etat, Ministre de l’Économie, des Finances et de la Planification du Développement, M. Ayassor, le Directeur de l’Agence Française de Développement, M. Lebeurre, et l’Ambassadeur de France au Togo, M. Fonbaustier, ont signé ce jour, dans les locaux du ministère, une convention de financement pour la construction d’un centre d’enfouissement et de traitement des déchets solides urbains de Lomé (CET).

Par cette convention, l’Agence Française de Développement met à la disposition de l’État togolais une subvention de près de 7 millions d’euros (soit 4,5 milliards de francs CFA), sur des ressources issues du 11ème Fonds Européen de Développement (FED), délégués par l’Union européenne à l’AFD. Ces fonds serviront à la construction d’un Centre d’enfouissement technique (CET) des déchets solides produits par la ville de Lomé et des communes environnantes, pour un investissement total d’environ 18 Millions d’Euros.

Ce concours vient en complément de la subvention de l’AFD dans le cadre du Projet Environnement Urbain de Lomé en cours (PEUL II), (3,1 millions d’euros pour le CET), et d’un prêt de 6 milliards de Francs CFA de la Banque Ouest africaine de Développement (BOAD), dont la convention de financement est en cours de formalisation.

Contexte
Lomé abrite aujourd’hui 1,4 millions de personnes (58% de la population urbaine du Togo) et devrait en compter un million supplémentaire d’ici 15 ans. La ville s’étend bien au-delà du périmètre administratif de la commune et connaît une croissance urbaine rapide. D’un point de vue environnement, elle doit aujourd’hui faire face à la création de nombreux dépotoirs sauvages et à la nécessité d’assurer un service public adapté aux besoins des populations.

La topographie de la ville est accidentée, constituée du Sud au Nord d’un cordon littoral, d’un système lagunaire et d’un plateau continental. Cet environnement place la gestion de l’assainissement au cœur des enjeux sanitaires urbains.

Avec l’appui de l’AFD dans le cadre des Projets Environnement Urbain de Lomé (13 M€ depuis 2006), la Mairie de Lomé a procédé à une modernisation de la filière de gestion des déchets solides urbains. Le taux de collecte, évalué aujourd’hui à 73%, est, malgré les défis, relativement satisfaisant par rapport aux autres villes de la sous-région. L’urgence pour la collectivité est à présent de disposer d’un nouveau site de stockage final des déchets, car la décharge actuelle d’Agoe-Nyivé atteindra sa capacité maximale en 2016.

Projet d’implantation du centre d’enfouissement technique des déchets
Le centre sera implanté à la périphérie de Lomé et permettra de stocker et traiter les déchets collectés dans le Grand Lomé. Le projet prévoit la construction des ouvrages suivants :

  • Pour le Centre d’enfouissement technique (CET) :
  1. aménagement des voies d’accès au site et d’une zone technique d’accueil ;
  2. réalisation de 5 casiers pour le stockage des déchets sur 5 ans ;
  3. construction d’une station de traitement des effluents sous la forme d’un bassin filtrant végétal ;
  4. construction d’un réseau d’évacuation du biogaz et pose d’une torchère.
  • Pour la valorisation des déchets solides municipaux :
    Le projet prévoit également une composante de valorisation des déchets afin de diminuer les volumes de déchets envoyés sur le site avec la construction d’une plateforme de pré-traitement et d’une plateforme de transformation des déchets en combustibles solides de récupération (dans le cadre d’un partenariat entre le futur exploitant du CET et un industriel).

La cérémonie de signature s’est déroulée au Ministère de l’Économie, des Finances et de la Planification du développement, en présence du Secrétaire Général de la Délégation Spéciale de Lomé, de l’Ambassadeur de l’Union européenne, Nicolas Berlanga-Martinez et de Monsieur Edorh, Directeur Adjoint de la Direction du Développement Rural et des Infrastructures à la Banque ouest africaine de développement (BOAD). Cette cérémonie a également été l’occasion pour l’Union européenne et l’Agence Française de Développement de signer leur Convention de Délégation de fonds, formalisant ainsi la mise à disposition des fonds par l’Union européenne à l’AFD pour le financement de ce projet de CET.

Dernière modification : 02/05/2016

Haut de page