Chronique de la COP21 – jour 1 (30/11/2015)

Une impulsion politique volontariste et inédite…

Alors qu’une première séance de travail a eu lieu hier après-midi, 150 chefs d’Etats et de Gouvernement sont réunis aujourd’hui au Bourget. Ils se sont succédés et se succèdent encore à la tribune pour donner une impulsion politique à cet évènement. C’est la première fois qu’une telle conférence réunis autant de dirigeants, dont le Président togolais.
Des mots forts ont été prononcé lors de cette ouverture de la COP21, comme la notion de justice climatique, de responsabilité commune mais différenciée…
Suggestion vidéo : Le monde, COP21, jour 1 : « Une ambiance volontariste pour ne pas prendre de retard » (2min 42)

JPEG

…nécessaire « nous sommes au pied du mur ! »
Après plusieurs session de négociation à Genève et à Bonn, de nombreux sujets restent néanmoins encore à débattre : le caractère contraignant de l’accord, la concrétisation des engagements, l’évaluation et la révision régulière des contributions nationales…
Comme l’a rappelé François Hollande dans son discours d’ouverture, « nous sommes au pied du mur, mais il n’est pas infranchissable, Mesdames et messieurs les chefs d’Etats et de Gouvernement, sur vos épaules, reposent l’espoir de toute l’humanité »
Suggestion vidéo : Elysée, Discours en ouverture de la COP21 (15min)

mais suffisante ?
Dès les premiers discours, les objectifs pour un « bon » accord ont été donné :
• Définir une trajectoire crédible qui limite le réchauffement à 2°C en 2100 par rapport à 1900
• Déterminer un mécanisme régulier d’évaluation et de révision à la hausse des contributions de chaque état
• Garantir des réponses solidaires, universelles mais différenciées : accélérer les transitions énergétiques des pays émergents, accompagner les pays en développement

En bref : obtenir un accord contraignant, universel mais différencié. Affaire à suivre, dès demain, avec la poursuite des négociations techniques.

Par ailleurs,
De nombreux chefs d’Etats en ont profité pour se recueillir sur les lieux des Attentats du 13 novembre.
La marche pour le climat prévue le 29 novembre, qui a dû être annulée à cause de la menace terroriste, a été remplacée par un dépôt de chaussure, place de la République.

JPEG

N.B.:Cette chronique ne saurait être le reflet de l’Ambassade de France au Togo ou de la présidence française de la COP21. Il s’agit uniquement d’une proposition de piste de lecture.

Retrouvez les autres épisodes de la chronique.

Dernière modification : 03/12/2015

Haut de page