Atelier de capitalisation – Production et promotion des pesticides naturels pour améliorer la santé environnementale

Dans le cadre du projet PISCCA « Production et promotion des pesticides naturels pour améliorer la santé environnementale », le Consortium Impact Plus organise les 24 et 25 Octobre un atelier de capitalisation à Lomé.

Depuis deux ans, le Consortium Impact Plus a développé un projet de production et de promotion de pesticides naturels. Réunissant 7 ONGs françaises et togolaises, le Consortium partage les 24 et 25 Octobre à Djidjolé les résultats obtenus. Ce projet est l’un des 9 lauréats de l’appel à projets PISCCA, lancé par l’Ambassade de France en 2016. L’objectif est de développer une alternative à l’utilisation des pesticides chimiques grâce à la transformation de plantes locales (neem et piment) pouvant se substituer aux produits de synthèse utilisés en agriculture au Togo. Cette initiative innovante vise à réduire les risques liés à l’utilisation des pesticides chimiques par les producteurs, et de réduire leur impact sur l’environnement et la santé des consommateurs. Le projet a permis d’expérimenter l’utilisation de ce produit innovant dans 4 zones pilotes des régions Maritime et des Plateaux.

Le lancement de l’atelier dans la matinée du 24 Octobre a réuni plus de 30 participants pour échanger sur les résultats obtenus durant les deux années de mise en œuvre. De nombreux acteurs aux profils différents sont présents à cet atelier : services techniques de l’Etat (ICAT et service de protection des végétaux), entrepreneurs engagés dans des démarches similaires, représentants des groupements d’agriculteurs bénéficiaires du projet venus de plusieurs zones du pays (Kloto, Kpélé, Danyi, Amou, Agou, Zio), un représentant de la GIZ et de nombreuses organisations de la société civile.

Cet atelier permet aux différents acteurs d’échanger sur les résultats obtenus durant les deux années d’expérimentation. Avec le soutien de l’Ambassade de France, le Consortium Impact Plus a pu mener à bien toutes les activités prévues et proposer un produit naturel, sans danger pour la consommation humaine, et très efficace contre de nombreux ravageurs de légumes et légumineuses (aubergines, piments, niébé, tomates).
Suite aux mots d’ouverture et à la présentation générale du projet, les participants disposent de deux jours pour se réunir en groupes mixtes associant acteurs institutionnels, agriculteurs bénéficiaires et autres acteurs impliqués dans la production de bio-pesticides. A l’issue du partage d’expériences des participants, le but de l’atelier est de pouvoir pérenniser le projet en trouvant des solutions pour le développement du bio-pesticide ; les défis restant à relever sont ceux de l’homologation du produit, de sa commercialisation, et du renforcement des expérimentations sur d’autres types de cultures.

L’équipe de l’Ambassade de France témoigne son soutien à tous les participants pour atteindre ces objectifs.

Pour plus d’informations sur le bio-pesticide à base d’huile de neem, prière de contacter M. Prosper ADZOHONOU au +228 99 48 58 21.

JPEG

Dernière modification : 25/10/2018

Haut de page